Un nouveau service d'analyse et de conseil financier en ligne. Améliorez le pilotage financier de votre entreprise

Modèle d'analyse financière

Étude type réalisée : "immobilier futurolis"

Sommaire

Votre tableau de bord général

  31/12/2014 % du CA 31/12/2013 % du CA Evolution % Diagnostic
C.A. 703 583 100,00% 651 840 100,00% 7,94%
MARGE BRUTE 703 583 100,00% 651 840 100,00% 7,94%
RESULTAT D'EXPLOITATION 59 924 8,52% 53 342 8,18% 12,34%
E.B.E. 68 790 9,78% 59 792 9,17% 15,05%
RESULTAT NET COMPTABLE 47 502 6,75% 63 966 9,81% -25,74%
C.A.F. 55 004 7,82% 69 213 10,62% -20,53%
FOND DE ROULEMENT - FR 46 846 28 301 66%
BESOIN EN FOND DE ROULEMENT - BFR -54 345 -30 037 81%
TRESORERIE NETTE 101 191 58 338 73%
PRELEVEMENTS / DIVIDENDES 20 000 77 670 -74,25%
  Idéal 31/12/2014 Diagnostic 31/12/2013 Diagnostic
ENDETTEMENT (emprunts bancaires/capitaux propres) <1 0,00 DIagnostic OK 0,00 DIagnostic OK
SOLVABILITE (créances+trésorerie/dettes d'exploitation) >0 36 413 DIagnostic OK 22 229 DIagnostic OK
CAPACITE DE REMBOURSEMENT (emprunts/CAF) <4 0,00 DIagnostic OK 0,00 DIagnostic OK
INDEPENDANCE FINANCIèRE (capitaux propres/capitaux permanents) >70% 99,90% DIagnostic OK 98,93% DIagnostic OK
ENGAGEMENT FINANCIER (charges financières/CA) <1,5% 0,00% DIagnostic OK 0,00% DIagnostic OK
RATIO PRéLèVEMENT (prelevements/CAF) <50% 36,36% DIagnostic OK 112,22% DIagnostic KO
STOCKS en nombre de jours <30 j 0 DIagnostic OK 0 DIagnostic OK
CRéANCES CLIENTS en nombre de jours <30 j 5 DIagnostic OK 30 DIagnostic OK
DETTES FOURNISSEURS en nombre de jours >30 j 17 DIagnostic KO 14 DIagnostic KO

1. ACTIVITÉ ET RENTABILITÉ

1.1 - Votre compte de résultat détaillé

en k€ 2014 % 2013 % 2012 %
ventes de marchandises 0 0,00 0 0,00 0 0,00
achats de marchandises 0 0,00 0 0,00 0 0,00
variation de stock marchandises 0 0,00 0 0,00 0 0,00
MARGE COMMERCIALE 0 0 0 0 0 0
production vendue 703 583 0,00 651 840 0,00 558 139 0,00
production stockée 0 0,00 0 0,00 11 625 0,00
achats matieres premieres 0 0,00 0 0,00 0 0,00
variation stock matière 0 0,00 0 0,00 0 0,00
MARGE BRUTE PRODUCTION 703 583 100,00 651 840 100,00 569 764 102,08
MARGE BRUTE GLOBALE 703 583 100,00 651 840 100,00 569 764 100,00
autres achats et charges externes 359 389 51,08 411 354 63,11 391 801 70,20
impots et taxes 5 428 0,77 4 994 0,77 3 601 0,65
salaires 203 732 28,96 131 516 20,18 86 711 15,54
charges sociales 62 777 8,92 43 235 6,63 19 453 3,49
dotation aux amortissements 8 866 1,26 6 450 0,99 5 916 1,06
dotation aux provisions 0 0,00 0 0,00 0 0,00
autres charges 3 467 0,49 949 0,15 4 0,00
TOTAL CHARGES D'EXPLOITATION 643 659 91,48 598 498 91,82 507 486 90,92
RT D'EXPLOITATION corrigé 59 924 8,52 53 342 8,18 62 278 10,93
EBE - EBITDA - CAF d'exploitation 68 790 9,78 59 792 9,17 68 194 11,97
Corrections rt d'exploitation :
Production immobilisée 0 30 180 0
subventions d'exploitation 0 0 0
reprises sur provisions et tr charges 1 364 1 203 6 395
autres produits 8 122 78
RT D'EXPLOITATION liasse fiscale 61 296 8,71 84 847 13,02 68 751 12,07
produits financiers 394 0,00 1 921 0,00 955
charges financieres 0 0,00 0 0,00 0
RESULTAT FINANCIER 394 0,06 1 921 0,29 955 0,17
RESULTAT COURANT AVANT IS 61 690 8,77 86 768 13,31 69 706 12,23
produits exceptionnels 842 0,00 866 0,00 5 000
charges exceptionnelles 1 420 0,00 773 0,00 709
RESULTAT EXCEPTIONNEL -578 93 4 291
RESULTAT AVANT IS 61 112 8,69 86 861 13,33 73 997 12,99
RESULTAT NET COMPTABLE 47 502 6,75 63 966 9,81 54 379 9,54
CAF NETTE 55 004 7,82 69 213 10,62 53 900 9,46
SEUIL DE RENTABILITE 643 659 91,48 598 498 91,82 507 486 89,07
ECART CA/SR 1,09 0,00 1,09 0,00 1,12 0,00

C'est au travers du compte de résultat que l'on peut analyser l'activité de l'entreprise et sa rentabilité. Le compte de résultat est le document qui "résume" toute l'activité de l'entreprise au cours des 12 mois de l'exercice, ainsi que les charges engagées pour mener à bien cette activité, et donc par déduction, le résultat qui en découle.

Le premier tableau ci-dessous reprend les principaux indicateurs qui permettent d'apprécier la rentabilité de votre entreprise au travers de son exploitation quotidienne, c'est-à-dire sans prendre en compte les éléments financiers et exceptionnels pour lesquels un commentaire sera fait ultérieurement.

2014 2013 2012
CA 703 583 651 840 558 139
MARGE BRUTE 703 583 651 840 569 764
soit en % du CA 100,00 100,00 102,08
- Total charges d'exploitation 643 659 598 498 507 486
= Résultat d'exploitation corrigé 59 924 53 342 62 278
soit en % du CA 8,52 8,18 11,16
E.B.E. 68 790 59 792 68 194
soit en % du CA 9,78 9,17 12,22

1.2 - Évolution de l'activité : le CA et la Marge Brute

Le premier critère d'appréciation de la performance de votre entreprise, c'est le CA réalisé au cours de l'exercice. Le comparer à celui de l'exercice précédent fournit déjà une indication intéressante sur le comportement général de l'entreprise : croissance de l'activité, stagnation, régression ?

Immédiatement liée à l'évolution du CA, suit l'analyse du taux de Marge Brute. La marge brute, c'est la "pierre angulaire" de la rentabilité de l'entreprise, à l'exception peut-être des entreprises de services dans lesquelles cette notion de marge est à nuancer.

La marge brute se calcule comme suit : MARGE BRUTE = CA - Achats de Matières premières ou marchandises. On utilise surtout le taux de marge brute. Taux de MB = Marge Brute / CA * 100.

Un bon taux de Marge Brute traduit indéniablement la capacité qu'a l'entreprise à dégager un premier excédent entre ses achats directs (achats de matières premières, marchandises, …) et son CA. Le taux de Marge est en lien direct et étroit avec l'activité de l'entreprise, son action sur son marché, et sa position concurrentielle. D’où son importance capitale !

Votre entreprise est un cas particulier en ce qui concerne l'analyse du Taux de Marge Brute. En effet, étant une pure entreprise de services, celle-ci n'achète ni matières premières, ni marchandises : Son Taux de Marge Brute est donc logiquement de 100%. La Marge Brute est donc égale au Chiffre d'Affaires. Ici, cet indicateur n'a donc pas d'intérêt à être analysé.

Le CA progresse de plus de 10% par an depuis trois ans, (+26% entre 2012 et 2014), ce qui est remarquable, et confirme la bonne tenue de votre entreprise sur son secteur d'activité, par ailleurs soumis à de nombreux facteurs d'evolution tant locaux que d'ordre national, ou encore economiques ou fiscaux.

evolution du CA et de la marge brut sur 3 ans

1.3 - Évolution de la rentabilité : le résultat d'exploitation

À la suite de la première analyse portant sur le CA et la marge brute, le résultat d'exploitation est le meilleur indicateur de la performance de votre entreprise, puisque il prend en compte tous les produits et charges et rien que ceux-ci, liés à votre activité, c'est-à-dire sans prendre en compte les éléments financiers ou exceptionnels qui peuvent affecter votre compte de résultat. C'est le fruit du travail fourni par votre entreprise, la rémunération du travail et du capital investi.

Pour FUTUROLIS, le résultat d'exploitation est à un niveau élevé, à 8,52% du CA au cours du dernier exercice, contre 8,18% au cours de l'exercice précédent et plus de 10% du CA en 2012. Avec un tel ratio non loin de 10% du CA, votre entreprise se classe parmi les plus performantes du moment, au dela de la performance moyenne du secteur, dans un contexte général pourtant difficile.

evolution du CA et du resultat d'exploitation sur 3 ans

L'augmentation régulière du CA procure à l'entreprise un revenu supplémentaire intéressant : +150 K€ en trois ans ! L'activité propre de services a imposé à l'entreprise d'adapter sa masse salariale, mais sur trois ans, le ratio commissions et main d'œuvre/CA reste quasi-stable ou en légère hausse, à 68%% du CA en 2014 contre 66,6% il y a deux ans.

Malgré cette hausse du coût "main d'œuvre", l'entreprise a réussi à augmenter son taux de rentabilité en 2014 grâce à la maîtrise des autres charges d'exploitation, restées quasiment au même niveau, le CICE procurant un léger abaissement des charges sociales. À noter sur ce point, le taux acceptable pour votre entreprise de charges sociales / salaires, de l'ordre de 30%. De même, d'autres postes de charges sont importantes à maîtriser dans votre activité, comme la publicité, et dans votre cas, elle reste maîtrisée à moins de 30K€/an soit moins de 5% du CA. Les loyers, égalemennt, constituent une charge souvent élevée, et dans le cas de votre entreprise, ils restent à un niveau du CA satisfaisant malgré la multiplication des agences.

Au cœur de cette analyse d'exploitation, figure le ratio "marge / charges fixes", correspondant à l'équation du seuil de rentabilité (plus communément appelé point mort) : II s"agit du CA minimum a réaliser pour dégager un profit. Le seuil de rentabilité se calcule comme suit : SR = charges fixes / % marge. Dans le cas particulier de votre entreprise, en tant qu'entreprise de services, le Seuil de Rentabilité est égal aux charges fixes, le taux de marge étant de 100% !

Sur la base des comptes de 2014, les charges d'exploitation, commissions d'intermediaires comprises, étant de l'ordre de 640K€, votre Seuil de Rentabilié s'éleve à ce même montant.

Avec un CA de 700 000 € en 2014, votre entreprise se situe assez largement au dessus de son seuil de rentabilité, d’où un résultat d'exploitation positif. On notera que vous disposez d'une "marge de sécurité" de 9% (CA/SR), comme en 2013 et à un niveau sensiblement identique depuis 3 ans, malgré la hausse des charges fixes.

1.4 - Évolution de l'EBE - Excédent Brut d'Exploitation

Si le résultat d'exploitation traduit bien la performance d'exploitation de l'entreprise par rapport à son activité, celle-ci ne reflète que la performance au sens comptable. Elle ne traduit pas réellement la richesse dégagée en termes de trésorerie, de "cash". En effet, ce résultat, issu des documents comptables de l'entreprise, est calculé comme étant la différence entre les produits et les charges d'exploitation comptabilisés au cours de l'exercice. Or, parmi ceux-ci, figurent certaines charges comptabilisées de manière obligatoire mais qui n'affectent pas la trésorerie de l'entreprise. Principalement, il s'agit des amortissements et provisions qui constituent une charge d'exploitation "calculée" mais non "décaissée", puisque par exemple l'amortissement annuel d'une machine ou d'un véhicule n'est autre que l'étalement comptable dans le temps, au cours d'un certain nombre d'années du coût d'achat de ce bien. Cet amortissement annuel ne se traduit pas par une sortie d'argent ! Il convient donc, pour connaître la trésorerie dégagée au cours d'un exercice, de rajouter au résultat de l'entreprise ces charges calculées et non décaissées, et de même, de retrancher les éventuels produits comptabilisés mais non encaissés comme par exemple les reprises sur provisions que l'entreprise serait amenée à comptabiliser.

Ce calcul de retraitement de certains produits et charges d'exploitation permet de passer du résultat d'exploitation à l'EBE, l'excédent brut d'exploitation, qui n'est autre, en français, que la trésorerie générée au cours de l'exercice.
EBE = Rt d'exploitation + dotations aux amortissements/provisions - reprises sur provisions.

Sur ce point, votre entreprise réalise une très bonne performance d'exploitation au cours des derniers exercices.En effet, avec un EBE de près de 10% du CA depuis deux ans, votre société démontre une réelle capacité à générer de la richesse, sous forme de cash disponible ! Dans votre cas, votre activité étant peu capitalistique, les dotations aux amortissements sont faibles, et l'EBE suit donc la tendance du résultat d'exploitation.

Evolution du cA et de l'EBE sur 3 ans

Cet indicateur est essentiel car il traduit la richesse générée, le cash disponible pour l'entreprise pour faire face au maintien ou au développement de son activité, rembourser les éventuels emprunts, et rémunérer les dirigeants.

Il intéresse particulièrement le banquier et la communauté financière qui en a fait son principal outil d'analyse de la performance des entreprises et ce au niveau international puisque cet indicateur, appelé en anglais EBITDA, est aujourd'hui le premier critère d'appréciation de la valeur d'une entreprise ou de la capacité qu'a une entreprise à faire face à ses engagements.

Dans une même mesure, on peut calculer la CAF - Capacité d'autofinancement, qui traduit la trésorerie générée au cours de l'exercice en partant du résultat net et non du résultat d'exploitation (en tenant compte des éléments financiers et exceptionnels). On procèdera de la même manière, en rajoutant a ce résultat net, les dotations de l'exercice et en retranchant les reprises sur provisions. Pour votre entreprise, la CAF s'établit pour le dernier exercice à 55 000 € soit 7,82 % du CA.

1.5 - Synthèse sur le compte de résultat et la rentabilité

CA en forte hausse continue, ratios de rentabilité enviables ! Votre entreprise évolue dans un secteur difficile et sujet à de grosses variations : Elle réussit malgré tout à maintenir depuis plusieurs années un bon niveau de rentabilité. Dans votre cas, l'entreprise est bien gérée : le principal indicateur de main d'œuvre (directe et exterieure) est particulierement maitrisé. C'est le principal point bien évidemment qui peut faire varier votre rentabilité, à surveiller !

2. La structure financière et les équilibres financiers - La trésorerie

2.1 - Votre bilan détaillé

Le bilan, c'est quoi ?... C'est une "photographie" du patrimoine de l'entreprise au dernier jour de l'exercice, c’est-à-dire un inventaire à une date donnée des actifs de l'entreprise (ce qu'elle possède) et de ses passifs (ses dettes, ce qu'elle doit).

Cependant, ces deux termes, en gestion, sont trompeurs. En effet, le passif d'une entreprise n'a pas la même signification négative qu'il peut avoir auprès d'un particulier. Un passif, c'est bien sûr une dette, mais une dette, c'est une RESSOURCE pour l'entreprise. C'est une somme qu'un tiers a prêtée ou avancée à l'entreprise, ou encore une somme non encore réclamée (comme une dette fournisseur à rembourser sous 30 jours par exemple). Autant de sommes dont l'entreprise peut disposer pour mener à bien ses activités.

Aussi, analyser le bilan d'une entreprise, c'est analyser son actif (c’est-à-dire ses EMPLOIS) et son passif (c'est à dire ses RESSOURCES), et principalement sa trésorerie. C'est expliquer sa provenance et son utilisation : d’où proviennent ces RESSOURCES et qu'ont-elles financé ? A quoi ont-elles été employées : les EMPLOIS.

ACTIF
2014 2013 2012
BRUT D/P NET NET NET
immobilisations incorporelles 70 965 238 70 727 70 515 515
immobilisations corporelles 82 765 28 776 54 009 62 171 30 745
immobilisations financières 19 968 0 19 968 4 628 0
TOTAL IMMOBILISATIONS 173 698 29 014 144 704 137 314 32 288
stocks 0 0 0 0 0
créances clients 11 092 0 11 092 58 772 12 362
autres creances 20 540 0 20 540 3 944 54 273
TOTAL CIRCULANT 31 632 0 31 632 62 716 66 635
TRESORERIE 101 191 0 101 191 58 338 126 594
comptes de régularisation 10 433 0 10 433 6 072 5 245
TOTAL 316 954 29 014 287 960 264 440 230 762
PASSIF
2014 2013 2012
capital social 10000 10000 10000
réserve légale 1000 1000 1000
autres réserves 132849 88884 112173
resultat exercice 47502 63965 54380
TOTAL CAPITAUX PROPRES 191351 163849 177553
emprunts et dettes bancaires 0 0 0
dettes financières diverses 199 1766 453
dettes fi. autres : découvert 0 0 0
TOTAL CAPITAUX PERMANENTS 191550 165615 178006
dettes fournisseurs, assimilées 18983 17246 17670
dettes fiscales et sociales 67635 75870 31205
autres dettes 9792 5709 3881
TOTAL DETTES D'EXPLOITATION 96410 98825 52756
Compte de régularisation 0 0 0
TOTAL 287960 264440 230762

Maîtriser la trésorerie de l'entreprise n'est jamais chose facile !

La trésorerie de l'entreprise est une résultante de flux : la résultante au terme d'un exercice de toutes les entrées et sorties d'argent. Mais la trésorerie de l'entreprise est aussi la résultante à la fois de la structure financière et des décalages de trésorerie issus de l'exploitation (délais de paiement clients, fournisseurs, stocks,...).

Analyser la trésorerie, consiste donc à analyser ces deux composantes majeures de l'équilibre financier de l'entreprise, qui se trouvent dans le bilan de l'entreprise.

D’où une première analyse de la structure financière de votre entreprise au travers de ses EMPLOIS et RESSOURCES liés au cycle d'investissement, à la structure financière, c'est-à-dire au haut du bilan.

2.2 - Évolution de la structure financière de l'entreprise (haut du bilan) : le Fond de Roulement

En € 2014 2013 2012
Capitaux propres + subv et prov 191 351 163 849 177 553
+ Emprunts bancaires 0 0 453
+ comptes courants associés 199 1 766 0
= TOTAL CAPITAUX PERMAMENTS 191 550 165 615 178 006
- ACTIF IMMOBILISE NET 144 704 137 314 32 288
= FOND DE ROULEMENT 46 846 28 301 145 718

La structure financière de l'entreprise, c'est "l'ossature" principale de l'édifice. Pour avoir une entreprise solide, il faut une "ossature" solide ! Et "L'ossature", c'est le fond de roulement : "FR".

Pour disposer d'une assise financière stable et solide, l'entreprise doit disposer d'un FR positif. Il est positif si les capitaux permanents sont supérieurs à l'actif immobilisé. Cet excédent de trésorerie, de ressources, est un préalable, une nécessité pour avoir une trésorerie équilibrée ou positive. C'est la "marge de sécurité financière" de l'entreprise.

Le FR c'est l'excédent de ressources financières stables, mobilisées par l'entreprise pour faire face à ses investissements, à ses besoins en outil de travail : capitaux propres d'une part et emprunts bancaires d'autre part.

Dans cette analyse des ressources permanentes, les capitaux propres jouent le rôle de "pierre angulaire" de l'édifice. Les capitaux propres ce sont les richesses accumulées par l'entreprise au cours des années et non encore distribuées.

Il est essentiel pour les dirigeants d'avoir à l'esprit cette nécessité de consolider l'édifice et de capitaliser tout ou partie des résultats générés. Car de l'importance de ces capitaux accumulés dépend la capacité de l'entreprise à emprunter et à faire face à ses engagements financiers.

A cet égard on mesure la capacité d'endettement de l'entreprise par ce ratio fondamental dans le pilotage financier :
RATIO ENDETTEMENT = CAPITAUX PROPRES / EMPRUNTS BANCAIRES
Idealement ce ratio doit être >1

Votre ratio d'endettement est excellent car votre entreprise n'a pas d'emprunt bancaire ! Néanmoins, ce qui peut paraître pour un très bon ratio est ici à nuancer, car en ne recourrant pas à l'emprunt pour financer ses investissements réalisés en 2013 (105K€), l'entreprise n'a pas mobilisé de ressources stables supplémentaires et a consommé inutilement sa trésorerie courante !

evolution du fond de roulement sur 3 ans

Le Fond de Roulement s'établit à un bon niveau, et reste positif, de manière récurrente depuis plusieurs années, malgré la politique de distribution régulière de dividendes et les investissements réalisés en 2013. En effet, l'entreprise distribue à ses associés une large part de son résultat annuel. Les capitaux propres s'en trouvent en partie affectés, avec plus de 100K€ distribués en 2 ans. Par ailleurs, l'entreprise n'évolue pas dans un métier capitalistique et n'a donc généralement pas de gros besoins d'investissements cependant, les investissements importants réalisés en 2013, de l'ordre de 100K€ auraient pu etre financés par emprunt afin de consolider plus encore ce Fond de Roulement, la capacité d'emprunt de l'entreprise étant intacte ! Au global, la distribution de dividendes, conjuguée à des investissements auto-financés ont lourdement affaibli les capitaux propres de l'entreprise.

2.3 - Évolution du BFR - le cycle d'exploitation

En € 2014 2013 2012
stocks et en cours 0 0 0
+ créances clients 11 092 58 772 12 362
+ créances autres 30 973 10 016 54 273
= BESOINS D'EXPLOITATION 42 065 68 788 66 635
dettes fournisseurs 18 983 17 246 17 670
+ dettes fiscales et sociales et autres 77 427 81 579 35 086
= RESSOURCES D"EXPLOITATION 96 410 98 825 52 756
BESOINS - RESSOURCES= B.F.R= -54 345 -30 037 13 879
soit en nombre de jours de CA : -28 -17 9

Le BFR - besoin en fond de roulement - représente la différence entre l'argent qui vous appartient mais dont vous ne disposez pas (stocks et crédit clients), et l'argent dont vous disposez, mais qui ne vous appartient pas (crédit fournisseurs, dettes fiscales et sociales). Le BFR, c'est un "décalage" de trésorerie. Positif, c'est un besoin, c'est-à-dire que vous avez plus de trésorerie à recevoir qu'à rembourser. C'est un manque d'argent, qui normalement doit être couvert par l'excédent issu de la structure financière, le FR. Si il est négatif, le BFR traduit un excédent de trésorerie disponible c'est-à-dire, plus d'argent en caisse qui ne vous appartient pas que d'argent à recevoir. C'est un excédent de ressources, le cas idéal.

Concernant votre entreprise, comme beaucoup d'entreprises de pur service, le BFR est faible, voire négatif, du fait de l'importance des dettes sociales liées au personnel : Ici, le BFR s'établit en 2014 à -54 K€, contre -30K€ en 2013, ce qui constitue bien sûr une ressource de trésorerie. Mais attention : Cette trésorerie n'est que de "circonstance", dans la mesure où les dettes fiscales et sociales sont dûes à court terme, et pour y faire face, l'entreprise peut être amenée à utiliser sa trésorerie.

evolution du bfr sur 3 ans

Le BFR s'explique principalement par les postes suivants, dont on mesure l'importance par rapport au CA de l'entreprise comme suit.

2014 2013 2012
En cours client en nombre de jours de CA 5 30 7
stocks en nombre de jours d'achat 0 0 0
dettes fournisseurs en jours d'achat 17 14 15

2.4 - Évolution de la trésorerie générale : l'équilibre financier - la solvabilité

Au global, la trésorerie de votre entreprise s'analyse comme étant la différence entre le Fond de roulement et le BFR. C'est la règle de l'équilibre financier : FR-BFR = TRESORERIE

2014 2013 2012 Evolution
FR 46 846 28 301 145 718 Diagnostic KO
- BFR -54 345 -30 037 13 879 Diagnostic OK
= SOLDE DE LA TRESORERIE FIN D'EXERCICE 101 191 58 338 131 839 Diagnostic KO
evolution de la tresorerie sur 3 ans

La trésorerie globale de l'entreprise a chuté en 2013, suite aux investissements réalisés sans emprunt, ainsi qu'aux dividendes distribués. Elle s'est reconstituée en 2014 grâce aux résultats dégagés sur la période d'une part, et d'autre part grâce à la ressource en BFR en hausse de manière conjoncturelle.

Il s'agit là d'un critère essentiel dans l'analyse financière d'ensemble : en effet, la trésorerie constitue un poste primordial dans la composition des actifs circulants, permettant de faire face aux engagements à court terme.

On apprécie également de la sorte la solvabilité de l'entreprise à court terme : est-elle capable de faire face à ses paiements de court terme (dettes fournisseurs et fiscales et sociales), avec ses actifs réalisables, c'est à dire: créances clients et trésorerie.

Dans votre cas, la solvabilité est largement assurée : les créances clients et disponibilités permettent largement de faire face aux dettes d'exploitation, avec la réserve toutefois évoquée ci-dessus liée au montant des dettes fiscales et sociales, exigibles à court terme !

en € 2014 2013 2012
créances clients et autres 31 632 62 716 66 635
+ disponibilités 101 191 58 338 126 594
- dettes fournisseurs 18 983 17 246 17 670
- dette fiscales et sociales 77 427 81 579 35 086
= SOLVABILITE 36 413 22 229 140 473
en % 137,77 % 122,49 % 366,27 %

ATTENTION : Une solvabilité négative traduit l'incapacité de l'entreprise à faire face à ses obligations en matière de paiement à court terme. Une réaction immédiate de la direction est nécessaire afin de poursuivre l'exploitation.
Des solutions de financement de court terme sont à rechercher auprès des tiers, clients et/ou fournisseurs, et bien sûr auprès des partenaires financiers.

2.5 - Analyse de la variation de trésorerie au cours de l'exercice - le tableau de financement

Analyser la variation de trésorerie au cours de l'exercice, c'est-à-dire l'amélioration de trésorerie ou à l'inverse la diminution de trésorerie, c'est comprendre comment et pourquoi celle-ci a évolué ? à quoi a-t-elle été utilisée ? Cette analyse est complémentaire à ce qui précède, où on a examiné la trésorerie résiduelle, à la clôture de l'exercice.

Il s'agit là de la synthèse "financière" de l'exercice : L'entreprise a-t-elle dégagé du cash, de l'argent, au cours des 12 derniers mois, et combien ? La trésorerie constitue pour toute entreprise la préoccupation première : l'entreprise sera-t-elle en mesure de faire face à ses engagements financiers à court terme ? Sera-t-elle en mesure de faire face aux remboursements d'emprunt ? Ses actionnaires ?…

Optimiser la trésorerie d'ensemble est donc essentiel, et l'entreprise peut pour cela faire appel à de la trésorerie de l'extérieur, comme par exemple auprès de ses actionnaires sous forme d'apports en capital ou en compte courants. Elle peut aussi recourir a l'emprunt auprès de banques.

Mais, à l'évidence, le plus sûr moyen pour améliorer la trésorerie, c'est d'en gagner ! c'est d'optimiser la gestion interne, de manière à maîtriser le BFR, et surtout de manière à générer de la trésorerie par l'activité.

Dans le cas de votre entreprise, au cours des 12 derniers mois, la trésorerie a évolué comme suit :

VARIATION DE LA TRESORERIE 2014
RESSOURCES hors exploitation
Résultat net de l'exercice 47 502
+ dotation aux amortissements 8 866
+ dotations aux provisions 0
- subventions d'exploitation 0
- reprises sur provisions 0
CAPACITE D'AUTOFINANCEMENT 56 368
+ apports en capital 0
+ apports en compte courant -1 567
+ subventions d'investissement perçues 0
+ souscription de nouveaux emprunts (*) 0
+ cession d'immobilisations (*) 0
TOTAL RESSOURCES HORS EXPLOITATION 54 801
EMPLOIS HORS EXPLOITATION
- acquisition d'immobilisations (*) 16 256
- remboursement d'emprunts (*) 0
- rémunération actionnaires / exploitant 20 000
TOTAL EMPLOIS HE 36 256
VARIATION TRESORERIE HORS EXPLOITATION
= VARIATION DU FOND DE ROULEMENT 18 545
RESSOURCES PROVENANT DU CYCLE D'EXPLOITATION
diminution des stocks 0
diminution des créances clients 47 680
diminution des autres créances 0
augmentation du crédit fournisseurs 1 737
augmentation des autres dettes d'exploitation 0
TOTAL RESOURCES D'EXPL 49 417
EMPLOIS LIES A L'EXPLOITATION
augmentation des stocks 0
augmentation des en cours clients 0
augmentation des créances autres 20 957
diminution du crédit fournisseurs 0
diminution des autres dettes d'exploitation 4 152
TOTAL EMPLOIS D'EXPLOITATION 25 109
VARIATION TRESORERIE DUE A L'EXPLOITATION
= VARIATION DU BFR 24 308
TOTAL VARIATION TRESORERIE GLOBALE 42 853

2.6 - Synthèse sur la trésorerie et les équilibres financiers

Le dernier tableau montre parfaitement l'utillisation faite de la trésorerie générée au cours du dernier exercice : Outre les dividendes distribués de 20 000 €, 16 000 € ont été consacrés à l'investissement, sans emprunt correspondant. Conséquence : Le Fond de Roulement n'augmente "que" de 18 000€ malgré un résultat et un cash flow plus élevés ! Or, dans le même temps, le BFR a diminué de 24 000 €, apportant ainsi 42 000 € de trésorerie supplémentaire certes, mais quelque peu "artificielle". Bien évidemment rien de grave à cela, mais attention toutefois à mieux maîtriser les grands équilibres financiers (investissements/financements, avec l'interet indéniable d'emprunter pour financer tout nouvel investissement). En ayant eu recours à l'endettement pour financer ses investissements, l'entreprise aurait pu consolider bien mieux son haut du bilan et sa tresorerie.

3 - Synthèse générale du diagnostic financier de l'entreprise et recommandations

Indéniablement, les fondamentaux financiers de votre société sont bons ! : CA en hausse continue, sur un marché difficile, rentabilité tres élevée avec une bonne maitrise des coûts de main d'œuvre, trésorerie disponible liée à un endettement nul, independance financière assurée ! Toutefois, une amélioration est encore possible dans le pilotage financier de l'entreprise avec une meilleure gestion des investissements et de leur financement.

Independamment de ces aspects purement financiers, les dirigeants auront à s'interroger sur le métier de l'entreprise et ses évolutions dans ses formes actuelles ou sur des secteurs d'activité proches : des développements peuvent etre recherchés sur des activités nouvelles et complémentaires, destinées à asseoir mieux encore la positiion de l'entreprise sur son marché. Les moyens financiers existent pour cela au sein de l'entreprise, mais si des investissements venaient à etre réalisés, le recours à l'emprunt serait alors fortement conseillé !

Rappel : Les documents présentés dans le présent rapport ont été établis sur la base des informations communiquées par l'entreprise. Elles peuvent être partielles et incomplètes.
Queditmonbilan et la société PYRAMIDE ne sauraient être nullement tenus pour responsables de quelque conséquence qu'il pourrait advenir à la suite des commentaires et recommandations apportées dans le présent rapport.
L'entreprise reconnait avoir communiqué à Queditmonbilan une copie de ses documents comptables afin d'en obtenir une simple analyse. Elle reste responsable de toutes décisions prises à l'issue de cette opération.